L’action volontariste dans le domaine des transports et des mobilités, la poursuite de l’amélioration de l’efficacité énergétique dans les bâtiments, la recherche d’une optimisation du cycle de vie des produits achetés (recyclage, réutilisation, dématérialisation, faible consommation d’énergie…) contribuent à la gestion responsable du patrimoine et des ressources du Département.

1.1.1. L’optimisation de la flotte automobile du Département des Hauts-de-Seine

 

Nombre de véhicules dans la flotte automobile et part des véhicules électriques (%) 

 

Le plan pluriannuel d’acquisition et de mise à la réforme des véhicules s’inscrit dans le contexte de la rationalisation et de la modernisation de la flotte automobile départementale.

Il acte, par des chiffres clés, les actions déjà accomplies et celles restant à réaliser jusqu’à fin 2018.
Trois objectifs sont particulièrement visés :

  1. La diminution de la flotte automobile globale ;
  2. Le maintien d’un haut niveau de disponibilité des véhicules pour les agents ;
  3. Le renouvellement des équipements vieillissants.

Les deux premiers objectifs ont pu être conciliés grâce à la mise en place d’un dispositif de mutualisation automatique des véhicules de service, qui a commencé à produire ses effets à compter du mois de juin 2016.

Le dernier objectif a fait l’objet d’une analyse des besoins réalisée auprès des différentes directions métiers utilisatrices de véhicules au sein du Département. 

La modernisation et l’homogénéisation de la flotte automobile permettront à l’avenir une mise en œuvre de critères de réforme identiques à ceux de l’Etat, soit 7 ans d’ancienneté et 120 000 kilomètres.

Il est prévu que de début 2015 à fin 2018, la flotte aura diminué de 159 véhicules au total, pour atteindre 457 véhicules.

La consommation annuelle de carburants est estimée à 236 231 litres. Elle est répartie de la manière suivante :

  • essence : 78 290 litres,
  • gasoil : 157 226 litres,
  • GPL : 715 litres.

Consommation totale de carburants (milliers de litres) et part du GPL dans la consommation de carburants (%)

 

Cette consommation annuelle a diminué de 10 % par rapport à l’année 2015.

La mutualisation des véhicules grâce au nouveau système Cléo a permis de diminuer la flotte et par voie de conséquence la consommation de carburants. La baisse s’explique également par l’accroissement progressif de la flotte de véhicules électriques. Enfin, les véhicules GPL sont amenés à disparaître.

  • Une modification organisationnelle en profondeur concernant la gestion de la flotte automobile a été menée : 
    • Les véhicules ne sont plus gérés par pôle, direction ou service mais par site d’affectation, afin d’accompagner une ambitieuse politique de mutualisation.
    • Un outil de réservation informatisé des véhicules et un dispositif de distribution automatique des clés sur les sites centraux ont été mis en place. La mutualisation devient ainsi le système par défaut et non plus l’exception.
    • Un outil reporting de contrôle lié au dispositif de mutualisation ayant vocation à remplacer les carnets de bord électroniques a été élaboré. Les données sont ainsi fiabilisées et ne sont plus basées sur du déclaratif. Ce reporting influe donc indirectement sur le bon suivi des consommations.
    • Un plan pluriannuel d’acquisition et de mise à la réforme des véhicules a été élaboré. Il prévoit la diminution du parc de total de 150 véhicules en 4 ans, en grande partie due à la mutualisation.

 

  • Le plan de réforme tient compte du fait que les véhicules polluants sont réformés en priorité :
    • Des critères de réforme des véhicules ont été affinés, chaque dossier étant étudié au cas par cas, en fonction des éléments suivants : la date de mise en service, le kilométrage, l’énergie, la fonction du véhicule. Tous les véhicules de plus de 7 ans sont éligibles à la réforme.

A la fin de l’année 2016, 166 véhicules ont déjà été mutualisés.

Au 1er semestre 2017, il est prévu la mutualisation d’environ 200 véhicules supplémentaires.
Le plan de réforme des véhicules suit la réglementation appliquée aux véhicules les plus polluants. Ainsi, les véhicules sans vignette et ceux identifiés en Crit’Air 5 devraient disparaître de la flotte dès 2017. Les 32 véhicules en « Crit’Air 4 » passeront à 4 véhicules en 2018.