Le Département s’est engagé très tôt dans une démarche de progrès en terme d’impact environnemental de son activité. Il a mené en 2007 un diagnostic Gaz à Effet de Serre (GES) selon la méthode Bilan Carbone® Patrimoine & Services et Territoire. En 2012, il a réalisé son bilan d’émissions de gaz à effet de serre sur les données de l’année 2010.
En 2016, le Département a approuvé son bilan d’émissions de GES sur les données 2014. Il a fait le choix de se concentrer essentiellement sur les périmètres règlementaires là où les leviers sont les plus importants pour le patrimoine du Département : à savoir : sur le scope 1 (émissions directes de GES) et sur le scope 2 (émissions indirectes de GES issues de l’énergie).

Le bilan de GES de l’année 2014 est de 22 304 tCO2e. Les postes les plus émetteurs par type d’énergies sont :

  • le poste de consommation de gaz (41 % du bilan global) ;
  • le poste carburant des engins de chantier (22 %) ;
  • le poste réseaux de chaleur et de froid (14 %) ;
  • le poste électricité (13 %). 

En outre, les domaines d’activités les plus émissifs, tous types d’émissions confondues sont :

  • les collèges (46 %) ;
  • les chantiers (23 %) ;
  • le patrimoine bâti départemental, hors collèges (24 %).

La synthèse des actions proposées pour réduire les émissions du Département à moyen terme au cours des trois années suivant l'établissement du bilan vise à :

  • progresser dans la structuration des outils départementaux : suivi des consommations, suivi du patrimoine possédé, etc. ;
  • réduire les consommations énergétiques des bâtiments : élargir l’expérimentation du contrat de performance déjà menée sur 6 collèges à l’ensemble des collèges du Département et mener une expérimentation visant à réduire de -25 % la consommation énergétique sur un bâtiment départemental ;
  • limiter l’impact environnement des engins de chantier à travers des clauses environnementales dans les marchés publics de travaux menés par le Département ;
  • réduire l’impact des déplacements professionnels en favorisant la mutualisation des véhicules et l’usage du vélo.