2.3.1.1. Le réemploi, la réutilisation et le recyclage des déchets des chantiers de voirie

Il s’agit de préserver les ressources non renouvelables, notamment en favorisant le recyclage dans le cadre des chantiers départementaux : recyclage des enrobés (fraisats et agrégats d’enrobés), utilisation de bétons de démolition dans les structures trottoirs ou chaussées en lieu et place de granulats naturels, etc.
Le suivi des déchets et des excédents de chantier est effectué par la mise en place d’un SOSED (Schéma d’Organisation et de Suivi de l’Evacuation des Déchets) en phase de préparation de chantier.
Ces dernières années, le risque de présence non décelable d’amiante et d’hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), composés toxiques, dans les fraisâts d’enrobés extraits par le Département et dans les enrobés neufs mis en œuvre, avaient ralenti le recyclage des fraisats et l’utilisation de produits recyclés.
Le Département s’est désormais doté d’outils lui permettant de déceler ces polluants dans ses enrobés. Ainsi, l’orientation plus systématique des matériaux enlevés sur les chantiers (enrobés décapés notamment) vers des filières de recyclage plutôt qu’en installations de stockage, d’une part, et le développement de l’utilisation des produits issus du recyclage, d’autre part, amorcés en 2015, s’est poursuivie en 2016.

En 2016 :

  • 15 % des 27 264 tonnes de matériaux utilisés dans les couches de surface en entretien et exploitation de la voirie étaient issus du réemploi, de la réutilisation ou du recyclage de déchets ;
  • 100 % des 1 542 tonnes de matériaux utilisés dans les couches d’assise en entretien et exploitation de la voirie étaient issus du réemploi, de la réutilisation ou du recyclage de déchets ;
  • 90 % des 29 512 tonnes de matières et déchets produits en entretien et exploitation de la voirie ont été réemployés ou orientés vers le recyclage ou les autres formes de valorisation matière.

Dans le cadre des appels d’offre, le sujet du recyclage est pris en compte dans l’évaluation des candidats et est un critère de choix pour la sélection des candidats retenus.

2.3.1.2. La gestion du risque amiante

Entre 2014 et 2016, un diagnostic amiante et hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) a été réalisé sur l’ensemble du réseau départemental de voirie.
Celui-ci a permis d’identifier la présence d’amiante sur 6 % du linéaire de voirie départementale et la présence d’HAP sur environ 2 % de ce linéaire.
Lorsque ces polluants sont détectés, un plan de retrait est mis en œuvre avant les travaux selon des modalités garantes de la santé des travailleurs et des riverains, et préservant l’environnement.
Les enrobés retirés sont alors orientés vers des installations de stockage de déchets non dangereux (ISDND), conformément à l’arrêté du 15 février 2016 relatif  à ces installations.

2.3.1.3. Une certification environnementale réussie

Depuis plus de 10 ans la Direction de l’eau est engagée dans une démarche environnementale certifiée selon la norme ISO 14001. Le Système de Management Environnemental de la Direction de l’eau a donc été de nouveau certifié en 2015 pour une durée de 3 ans sous réserve des audits de suivi annuel.

Cette démarche a pour but d’améliorer la performance environnementale et la qualité du service rendu aux usagers, qu’il s’agisse d’habitants ou d’entreprises. Elle a pour intérêt, notamment, de sécuriser les modes opératoires et d’uniformiser les pratiques, de programmer les actions efficacement et conformément au budget, de maîtriser les impacts environnementaux des activités, de s’assurer du respect des exigences réglementaires et autres exigences, de maîtriser la gestion documentaire, de mobiliser le personnel autour d’un programme de management commun, de communiquer de manière transparente vis-à-vis des prestataires et des usagers.

La décision du Département visant à renforcer les engagements envers les riverains et les usagers, en coordination étroite avec les communes concernées au travers d’un guide de bonne tenue de chantier a été intégrée à cette démarche.