2.5.7.1. L’accueil de personnes condamnées à une peine de travail d’intérêt général (TIG)

Le travail d’intérêt général (TIG) est une peine alternative aux courtes peines d’emprisonnement prononcée par l’autorité judiciaire. Il consiste en un travail non rémunéré effectué au profit d’une personne morale de droit public ou d’une association habilitée à cet effet par la juridiction.

Depuis 2009, 20 postes de travaux d’intérêt général (peines alternatives à l’incarcération) ont été mis en place au sein des services du Département.

Ce dispositif, géré par la Mission prévention de la délinquance et aide aux victimes en lien avec le Pôle Ressources Humaines et Finance en partenariat avec le Service pénitentiaire d’insertion et de probation (SPIP 92), a permis d’accueillir 252 personnes au sein des directions opérationnelles du Conseil Départemental depuis sa création.

Répartition des postes de Travail d’Intérêts Général TIG au sein des directions opérationnelles du Département

Pour 2016, certains pôles n’ont pas accueilli de travailleurs d’intérêt général. Un examen des fiches de postes a été réalisé avec le service pénitentiaire d’insertion et de probation. Certaines fiches ont été supprimées.

2.5.7.2. La réinsertion des sortants de prison

L’association Mouvement pour la réinsertion sociale (MRS) est chargée de l’insertion des sortants de prison (logements, transports, formations), les domiciliations et les instructions de dossiers d’ouverture de droits légaux. Elle contribue ainsi à prévenir la récidive.
En 2016, 98 personnes ont été accueillies par le MRS en 567 entretiens et 43 personnes ont été rencontrées en détention à la Maison d’arrêt de Nanterre. 75 % des personnes accueillies ont été orientées par les Services pénitentiaires insertion et probation (SPIP).