Les deux Départements ont engagé l’élaboration d’une stratégie globale de développement durable qui sera déclinée en actions concrètes dans les prochaines années :

  • la conception, dès 2020, d’un plan vélo interdépartemental s’appuyant sur des infrastructures sécurisées propices aux déplacements de courte et moyenne distance, et améliorant en outre le service à l’usager ;
  • la création de nouvelles continuités écologiques ou « coulées vertes » interdépartementales, mettant en réseau les espaces naturels existants afin de régénérer et d’étendre la trame verte de l’ouest francilien ;
  • le développement des espaces de nature de proximité, qui deviendront de véritables lieux de respiration et de socialisation en milieu urbain comme rural ;
  • le soutien et l’encouragement à l’innovation dans les secteurs d’activité économique à forte dimension environnementale : agriculture, filière bois, etc. ;
  • la poursuite et l’amplification de la politique de reconquête de la Seine et de ses berges ;
  • l’élaboration d’un plan d’actions pour une transition écologique vers une neutralité carbone.

4.7.1. Le Conseil de Développement Durable Interdépartemental (C2DI)

Dispositif participatif, outil d’aide à la décision, le Conseil de Développement Durable Interdépartemental (C2DI) constitue un lieu de dialogue et de rencontres entre les acteurs des deux territoires, élus et services départementaux. Fort de ses 80 membres aux expertises variées, il apporte des éléments de diagnostic et des préconisations sur toute question intéressant les deux Départements dans le prisme du développement durable.
La 18e saisine du C2DI a porté sur l’attractivité et les solidarités à l’ère numérique. 17 intervenants (chercheurs, membres du C2DI, partenaires institutionnels, élus, agents départementaux…) sont venus partager leurs expériences inspirantes. 18 démarches et projets existants sur le territoire interdépartemental ont en outre fait l’objet de synthèses dédiées.

4 séances ouvertes au grand public ont été organisées, dont 3 ateliers de réflexion collective, avec comme objectif d’élaborer ensemble des propositions. Nouveauté de cette année, la séance d’octobre, dédiée à la culture, au tourisme et au sport à l’ère numérique, a été l’occasion d’accueillir 30 collégiens de Saint-Germain-en-Laye, qui ont pleinement participé aux travaux, aux débats et aux ateliers. 

Poursuivant les réflexions amorcées l’an passé sur l’aménagement des territoires à l’ère numérique, 10 nouvelles préconisations ont été émises sur les 7 chantiers suivants : l’inclusion numérique, les données, la dimension environnementale, la cohérence, la coopération, l’innovation et les financements.

Au total, 154 participants ont apporté leurs contributions. Celles-ci ont été synthétisées dans l’avis du C2DI, qui a été présenté devant les élus départementaux rassemblés lors du Conseil d’Administration de l’Etablissement Public Interdépartemental.


La séance d’octobre © CD92 / Willy Labre

Accéder aux travaux en ligne (avis, synthèse, …) et participer aux séances : http://www.epi78-92.fr/des-structures-de-mutualisation/c2di-attractivite-solidarite-numerique/

4.7.2. Le bilan des émissions de gaz à effet de serre du Département

Conformément à la règlementation, le Département a obligation de réaliser son bilan des émissions de gaz à effet de serre (BEGES).
Dans la perspective de la fusion des Départements des Yvelines et des Hauts-de-Seine, l’élaboration du BEGES 2019 a été initiée afin d’accorder les périmètres et les méthodes des deux administrations. Il s’agit aussi de disposer d’un diagnostic partagé concernant notre responsabilité face au changement climatique et, en conséquence, d’assurer nos missions de service public dans un cadre plus adapté et vertueux.
Ce bilan a pour objectif d’évaluer les émissions de gaz à effet de serre, en vue d’identifier et de mobiliser les gisements de réduction de ces émissions. Il prend en compte les périmètres obligatoires, à savoir le scope 1 (émissions directes de GES) et le scope 2 (émissions de GES indirectes issues de l’énergie). Pour l’année 2019, le Département a fait le choix d’élargir son périmètre d’étude en prenant en compte d’autres émissions indirectes (scope 3) liées par exemple aux achats, aux déchets produits ou encore aux déplacements des usagers et de consacrer une partie de son bilan à l’évaluation du carbone stocké dans la biomasse de son patrimoine (hors scope).
Les émissions globales du Département en 2019 s’élèvent à 115 000 tonnes équivalent carbone. Les postes les plus émetteurs sont les achats de produits ou de services (43 %), les déplacements des collégiens, des visiteurs (parcs, musées) et des agents (18 %), l’énergie des bâtiments (17 %) et les immobilisations des biens à savoir bâtiments, matériel informatique et véhicules (16 %).

 

 

Ce BEGES 2019 sera proposé au vote en fin d’année 2020. Un plan d’actions co-construit avec le Département des Yvelines sera établi à l’horizon 2021-2022. Il présentera des actions visant à réduire l’empreinte carbone des deux administrations.

4.7.3. L’élaboration du rapport du développement durable

L’élaboration du rapport développement durable du Département est un projet transversal au sein de l’administration. Il associe 21 correspondants répartis au sein des différents pôles, directions et services. Les contributions des services sont collectées et remises en perspective selon les 4 grands chapitres qui organisent ce rapport 2019. Conformément à la règlementation, il est présenté à l’assemblée délibérante départementale préalablement aux débats sur le projet de budget (DOB). Habituellement, le rapport est présenté en octobre ; exceptionnellement dû à la crise liée à la COVID-19, ce rapport est présenté à l’assemblée en décembre 2020.

Ce rapport a vocation à être pédagogique et intelligible par tous. Aussi, la majorité des indicateurs est représentée par des infographies, les articles sont mis en corrélation avec les pictogrammes nationaux des ODD, les actions phares et les zooms sont mis en avant dans des encarts.

Son mode d’édition devant être exemplaire, le rapport est avant tout valorisé de manière dématérialisée sur le site internet du Département : http://my.hauts-de-seine.fr/rapportDD/

Une courte vidéo de vulgarisation en fait la synthèse, en reprenant les chiffres clefs et les principales actions. Il est consultable en ligne avec un sommaire interactif. Enfin, les éditions du rapport depuis 2015 sont téléchargeables en format PDF. 

Lorsque le rapport développement durable doit être reproduit, il est imprimé sur du papier recyclé avec l’apposition du logo Triman.