Le département des Hauts-de-Seine présente un caractère urbain évident, renforcé par une densité de population record de 9 130 habitants/km². Etonnamment, son environnement naturel a été relativement préservé. Dessiné par les vallées de la Seine et de la Bièvre, il offre à ses habitants une variété de paysages, portés par un relief de plateaux, de coteaux et de plaines. Aussi, un tiers de son territoire est végétalisé et la moitié de ces espaces présente un intérêt patrimonial pour leur qualité paysagère, écologique et culturelle, soit près de 2 900 hectares. La Seine et ses berges, les forêts domaniales de Meudon, Verrières, Malmaison et Fausses-Reposes, le domaine national de Saint Cloud, le domaine départemental de Sceaux et les nombreux autres parcs et jardins des Hauts-de-Seine, dont plus 620 ha sous la responsabilité directe du Département, constituent les sites majeurs de la trame verte du territoire. Cet ensemble est relié par les 414 km d’itinéraires de promenade et de randonnée inscrits au plan départemental.

Deux politiques départementales majeures sont à l’œuvre pour la préservation de cet environnement naturel : celle des espaces naturels sensibles (ENS), qui consiste à acquérir, entretenir et ouvrir au public ces espaces de nature ; et celle de l’eau, qui permet la bonne gestion des eaux usées et des eaux pluviales, ainsi que la valorisation de la Seine et de ses berges. Par ailleurs, le Département contribue à la lutte contre la pollution de l’air, ainsi qu’à la lutte contre le bruit, qui restent les deux nuisances environnementales les plus délétères en Ile-de-France.

Aussi, le Département des Hauts-de-Seine se révèle être un contributeur responsable dans la préservation d’un environnement sain, composante essentielle à la bonne santé et au bien-être des Altoséquanais.